CULTURE ET BIBLIOTHEQUES POUR TOUS DE LA GIRONDE

Sur cette page sont compilés les comptes-rendus des animations de l'année 2016

VISITE DE LA CITE DU VIN
Mercredi 14 Décembre

cit1.jpg

cit2.jpg

cit3.jpg

cit5.jpg

cit4.jpg

OOOOOOOOOO

JOURNEE DE RENTREE CBPT
Mardi 27 Septembre

Mardi 27 septembre 2016 sous un soleil timide, nous nous sommes retrouvés 19 devant le Ponton Garonne sur le Quai Richelieu pour embarquer sur un bâteau de la compagnie Burdigala. La croisière a débuté à 15 H 30. Notre guide a commenté pendant une heure et demie les différents monuments et façades des quais classés par l'Unesco et les ponts de Bordeaux. Nous avons pu voir entre autres la Cité du vin, le nouveau stade et quelques impressionnants bateaux de croisière.
Même si nous connaissons la ville, vu de l'eau, la vue vaut le détour. Un autre regard sur notre région, surprenant et dépaysant !
Nous nous sommes quittés à 17 H 00 après avoir passé un agréable moment ensemble.

gar1.jpg

Le journal Sud Ouest nous propose un article sur cet étrange navire. A lire ici

gar2.jpg

gar4.jpg

gar3.jpg

gar5.jpg

gar6.jpg

OOOOOOOOOO

STAND CBPT AU SALON PARTICIPIALES
Dimanche 25 septembre

les-participiales.jpg

salpart1.jpg

salpart2.jpg

salpart3.jpg

OOOOOOOOOO

JOURNEE Fin d'année jeudi 9 juin 2016
SAINT MACAIRE ET LE CHATEAU MALROME

24 personnes se sont retrouvées à 10 H 30 devant la Porte de l'Horloge à Saint Macaire.

horl.jpg

Un magnifique soleil était au rendez-vous et nous avons déambulé dans les vieilles rues pavées de cette belle cité médiévale.

Quelques photos de ses rues.

rue1.png rue2.png rue3.png

La commune de Saint-Macaire se situe sur la rive droite de la Garonne au niveau du fleuve où l'effet des marées s'estompe, à environ 47 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département et à 3,5 km au nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement.

Le territoire communal est assez réduit puisqu'il ne couvre à peine que 179 hectares. Il est principalement constitué de vignobles (au nord et à la sortie ouest de la ville), de champs et de bois (au sud, notamment près du fleuve).

La ville en elle-même est érigée sur un promontoire rocheux qui domine la plaine alluviale d'une trentaine de mètres. Saint-Macaire est constituée de deux entités : la ville ancienne, au sud, et la ville neuve, qui s'est principalement développée au nord de la vieille ville.

La ville ancienne est de forme semi-hémisphérique, concentrée autour de l'église Saint-Sauveur, de l'ancien prieuré et de l'emplacement de l'ancien château fort (aujourd'hui détruit). Entourée de remparts, elle est encadrée par deux faubourgs apparus au Moyen Âge et eux-mêmes protégés par des murailles : le faubourg du Thuron, à l'est et Rendesse, à l'ouest

Le Prieuré se trouve au cœur de la vieille ville. Il est construit en demi-cercle autour de l'église. Il fait partie avec les Abbayes de la Sauve Majeure, de Blasimon et de Sainte Ferme des quatre monastères historiques de l'Entre-deux-Mers. Il se distingue des autres par les peintures murales de son transept et de l'abside.

prieureg.png prieured.png

Vestiges du cloître

clg.png cld.png

ssg.png

ssd.png

A double vocation prieurale et paroissiale, l'église Saint Sauveur présente un chevet triconque référé à un plan d'édifice centré, dont la quatrième abside aurait été remplacée par une nef unique. Le système de supports en place dans le chœur laisse supposer que l'édifice devait être voûté dune file de coupoles : les démêlés avec l'abbaye suzeraine Sainte-Croix de Bordeaux ont retardé le chantier et conduit à l'adoption d'un mode de voûtement gothique. Chacune des trois absides est traitée en semi-polygone dont les arêtes sont intérieurement effacées par un jeu d'arcatures aveugles justifiant des couronnes de chapiteaux historiés.

La restauration des peintures de la voute est récente et nous avons admiré ce travail remarquable.

A midi nous avons rejoint le restaurant « Le tilleul-médiéval ». L'ambiance était à la décontraction, le repas très agréable et l'accueil de la restauratrice et du personnel très chaleureux.

tilleul.png

tilleul.jpg

A 15 H 00 nous sommes arrivés au Château de Malromé pour notre visite guidée suivie dune dégustation des vins du château.

Edifié à partir du XVIème siècle, sur un terroir viticole renommé, ce château a connu de prestigieux propriétaires.

Il fut notamment la dernière demeure du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, qui dressa un panorama du monde du spectacle et des plaisirs parisiens, avec une totale liberté.

Il démontre une virtuosité exceptionnelle dans la souplesse de la ligne, la délicatesse des couleurs et son sens du mouvement.

Son talent fait de lui le créateur d'un nouvel art graphique, et le distingue comme l'un des initiateurs de l'affiche moderne.

Nous étions sous le charme de notre hôtesse qui a su nous captiver et nous donner l'envie de mieux connaître ce peintre notamment en allant découvrir ses œuvres originales détenues au Musée d'Albi.

A la fin de la visite plusieurs personnes sont parties avec Marie-France pour rejoindre le cimetière de Verdelais où se trouve la tombe d'Henri Toulouse Lautrec.

Pour ceux qui n'ont pu venir se joindre à nous : visite du château
tous les jours du lundi au samedi à 15 H 00. Renseignements 05 56 76 25 42 - 05 56 62 88 73

OOOOOOOOOO

VISITE GUIDEE GALERIE DES BEAUX ARTS:
LES BACCANALES MODERNES !

Nous étions 9 bibliothécaires de CBPT, le vendredi 20 mai après-midi, à suivre notre guide Isabelle Beccia pour découvrir une exposition inédite qui réunit une centaine d'œuvres autour de cette figure ambigüe « La Bacchante ».

Il s'agit de la première exposition consacrée à la bacchante, cette figure féminine de la Bacchanale (cortège qui réunit autour de Bacchus, le dieu du vin et de l'ivresse des créatures mi- humaines et mi fantastiques tels que les faunes, les satyres et les ménades).

Mais qui est-elle vraiment ? Prêtresse du Dieu Bacchus, la Bacchante ou ménade est une figure mythologique dotée de pouvoirs magiques. Capable de faire jaillir le lait et le miel du sol, on la reconnaît généralement à ses attributs : une peau de bête sauvage, une couronne de lierre ou feuilles de vignes et un thyrse (bâton couronné d'une pomme de pin).

La Bacchante devient un véritable objet de fascination au XIXème siècle et colonise tous les champs d'expression artistiques. La Bacchante moderne va cristalliser à elle seule tous les paradoxes et toutes les tensions de ce siècle à la fois corseté en public, mais débridé dans l'intimité.

L'exposition nous a présenté une centaines d'œuvres, peintures et sculptures, au fil d'un parcours où se croisent James Pradier, Auguste Rodin, Jean-Baptiste Carpeaux, William Adolphe Bouguereau, Théodore Géricault, Gustave Moreau et bien d'autres.

Nous avons passé un excellent moment et sommes parties enchantées.

carpeaux.jpg

La Danse de Carpeaux

illustration.png

Illustration

bacchante.jpg

La Bacchante Gérôme

satyre.jpg

Satyre et Bacchante James Pradier

OOOOOOOOOO

RENCONTRE AVEC L'ECRIVAIN BORDELAIS : ALLAIN GLYCOS
à la bibliothèque NANSOUTY le mercredi 23 mars

leglycos.jpg

Allain GLYKOS vit et travaille à Bordeaux, où il est né en 1948, d'un père grec et d'une mère charentaise. Maître de conférences à l'Université de Bordeaux, il a enseigné la philosophie aux étudiants scientifiques. Il est l'auteur de romans, de récits et d'ouvrages sur sa ville dont : « Les Écailles d'argile » (Phalène 1984), « Les Résidences de l'inquiétude » (L'Aube 1989), « Montesquieu, hôte fugitif de La Brède » (Christian Pirot 1994), « Parle-moi de Manolis » (L'Escampette 1997 et 2012), « Bordeaux regards », photographies d'Alain Béguerie (Sud Ouest 2009), Manolis, dessins d'Antonin Dubuisson (Cambourakis 2013).
agetmfs.jpg

PRESENTATION DU DERNIER LIVRE D'ALLAIN GLYCOS

La famille est une pièce de théâtre jouée par des fous. Dans Poétique de famille , c'est la mort du père qui réunit les protagonistes. Les tensions sont palpables, les rancœurs tenaces, les liens indéfectibles. Les langues se délient pour exprimer le chagrin, les souvenirs - heureux et malheureux - , les reproches aussi, et tout ce que des circonstances tristes peuvent amener à dire. La plume d'Allain Glykos plonge dans l'oralité, au cœur de cette famille : tout ce qui est écrit est dit, par l'un ou l'autre des personnages.

Allain Glycos a été reçu à la bibliothèque de St Jean d'Illac le 12 octobre 2011 pour son livre La Signature cliquez ici pour le reportage

potfam.jpg

OOOOOOOOOO

EXPOSITION HISTOIRE D'IVOIRE AU MUSEE DES DOUANES A BORDEAUX le 18 mars

bourse.jpg Depuis son ouverture en 1984, le Musée gère les collections historiques de la douane. Témoins tangibles du temps qui passe, des modes successifs de travail et de vie, outils de la mémoire, les collections représentent une ressource inestimable en matière de recherche, de diffusion et d'éducation. Le musée conserve aujourdhui plus de 13 000 objets d'une grande variété, dont environ 800 sont exposés. On peut y découvrir du mobilier, des uniformes, des maquettes, des instruments de musique, des cartes... Objets précieux ou simples outils de travail, tous illustrent les multiples aspects de l'administration des douanes au fil des siècles ainsi que le travail au quotidien de ses agents.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce musée nous a ouvert ses portes le vendredi 18 mars 2016. Ce bâtiment vaut déjà à lui seul le coup d'œil . Belles ogives en pierres blondes entièrement rénovées. Nous étions 17 pour suivre notre guide dans la galerie du rez de chaussée. De nombreuses vitrines sont installées pour présenter les collections d'ivoire constituées à partir de nombreuses saisies douanières. De l'ivoire bien connu de l'éléphant, à celui du cachalot ou de l'hippopotame, en passant par le mythique narval, l'exposition invite à découvrir l'ivoire sous des formes variées, du matériau brut aux sculptures les plus raffinées. Des pièces rares qui révèlent un artisanat ancestral, histoire d'y voir un peu plus clair sur ce noble et intemporel matériau qu'est l'ivoire. Des affiches très documentées, témoignent des proportions considérables de ce trafic mondial responsable de la disparition progressive d'espèces animales. (Photos explicatives ci-dessous). Bilan de la situation, mesures internationales prises pour enrayer le phénomène et action de la douane sont exposés pour dévoiler l'ampleur de cette contrebande aux conséquences économiques et écologiques dévastatrices. Nous sommes sortis enchantés par cette visite et avons pris conscience du danger de laisser progresser un tel commerce, odieux et cruel envers l'espèce animale. Il est urgent d'enrayer ce fléau afin de protéger notre belle nature et de laisser aux générations futures un bel héritage.

iv1.jpg iv2.jpg

iv3.jpg

iv4.jpg

iv5.jpg

iv6.jpg

iv7.jpg

iv8.jpg

OOOOOOOOOO

VISITE GUIDEE DES ETABLISSEMENTS ASTRIA le 10 mars

ast1.jpg ast2.jpg ast3.jpg

ast4.jpg ast5.jpg ast6.jpg ast7.jpg

ast8.jpg ast9.jpg ast10.jpg

OOOOOOOOOO

VISITE GUIDEE DU MUSEE DES BEAUX ARTS Le 12 Février

Une très intéressante exposition de bronzes et de sculptures

bronze1.jpg

Présentation de bronzes du sculpteur Dominique MAGGESI. Né en 1801 à Carrare où il fait son apprentissage dans la taille du marbre, il se fait naturaliser français et, dès 1829 s'installe à Bordeaux dont il devient le statuaire officiel. Il sera aussi le directeur de l'Ecole de sculpture de cette ville.
Il est sollicité pour travailler sur les monuments extérieurs. Il est l'auteur des statues de Montaigne et de Montesquieu installées en 1858 sur la Place des Quinconces ainsi que celles sur la colonne Rostrale des quais et d'un buste de pierre LACOUR qui se trouve au musée. Il meurt à Bordeaux et est enterré au Cimetière de la Chartreuse.

bronze3.jpg Montaigne place des Quinconces.

seurin.jpg Façade de l'église St Seurin

montesquieu.jpg Statue de Montesquieu

bronze2.jpg Belle perspective sur l'exposition avec en premier plan cette magnifique statue : « Mozart expirant » de Rinaldo CARNIELO (1867). Statuaire surtout funéraire. Cette statue en marbre devait être exposée à Paris à l'occasion de l'Exposition universelle de 1878, mais le délégué italien la refusa parce que trop lugubre. La France l'acheta. Elle la proposa à Toulouse mais la ville ne pouvant pas la recevoir, elle fut finalement attribuée au Musée des Beaux Arts de Bordeaux. On pensa d'abord l'installer au Grand Théâtre, mais on y renonça parce que cétait un « lieu de fête et de plaisir ». Elle fut donc installée au musée. Elle a été « nettoyée » depuis.

Bronzes du peintre sculpteur Ernest MEISSONIER (né à Lyon et mort à Paris). Spécialisé dans les évènements historiques : batailles, personnages. De jolies pièces avec Napoléon.

Une « Mater dolorosa » en biscuit du peintre sculpteur Jean-Baptiste CARPEAUX.

Une magnifique « Maternité »(1898) de Gaston Leroux VEUNEVOT (né à Paris et mort à Bordeaux). Il fit de nombreux bustes de personnalités bordelaises dont celui de Rosa BONHEUR qui se trouve au Jardin Public.

Isidore Jules BONHEUR. Frère de Rosa BONHEUR. Naît à Bordeaux en 1827, il décède à Paris en 1901. Il se spécialise dans la sculpture animalière. Sont exposées de belles pièces du musée, dont : « Vache défendant son veau contre un loup » et un très joli marbre : « Renard à l'affût ».

Une figurine en bronze de Pablo GARGALLO. Influence de Picasso.

Une belle statue en plâtre « La Nature se dévoilant devant la science » (1899) de Louis Ernest BARRIAS, né et mort à Paris.

Jane POUPELET. Naît en Dordogne et meurt à Talence. Etudie les beaux-arts à Bordeaux puis à Paris. Elle fera de nombreuses baigneuses et des « Têtes » Elle mettra son talent au service des « Gueules cassées » en aidant à la confection des masques. Après la guerre, elle se spécialisera dans les statues animalières dont quelques unes sont exposées.

Une « Diane chasseresse » en bronze de Louis Robert BATE. Peintre sculpteur né à Bordeaux en 1898. 2ème prix de Rome. Bourse à la Villa Velazquez à Madrid. Membre de la Société coloniale des artistes français. Il ira ainsi au Cameroun. Il a gagné un emploi à l'école d'architecture de Dalat en Indochine où il sera tué en 1948.

Une petite sculpture que MATISSE offrit à MARQUET pour son mariage.

2 jolies sculptures en bronze de Antoine Louis BARYE (né à paris en 1795 : « Tigre et antilope » et « Panthère saisissant un cerf ».

Une curieuse statue d'Ossip ZADKINE d'origine russe « Femme accroupie » très largement influencé par PICASSO !

Deux grandes statues « Figure au bord de l'eau » et un « Gisant » de Joseph RIVIERE qui vécut à Bordeaux où il entra à l'Ecole municipale des Beaux Arts.

bronze4.jpg Le gisant

Deux statues en plâtre « Eve » et Assia » de Charles DESPIAU, né à Mont-de-Marsan en 1874 (décès à Paris). Il devint un bustier très célèbre à son époque. Il rentra à l'atelier de RODIN en 1907. Ensuite il fera partie de « La bande à SCNEGG » après 1914. C'est une réunion de jeunes sculpteurs qui créa une sculpture figurative avec en tête de file les Frères SCNEGG, Gaston et Lucien. Tous se réunissaient chez Rodin. Les deux frères SCHNEGG sont nés à Bordeaux. Lucien, en 1864 et Gaston en 1866. Gaston a décoré la façade de la maison de ses parents (9, rue Albert Barraud). De Lucien, nous verrons « La tête » de Jane Poupelet et « Cybèle » en plâtre.

OOOOOOOOOO

Haut de page